Un patrimoine arboré sous la loupe

En 2018, la ville de Huningue a confié à la société Arborétude la mission de dresser un inventaire exhaustif et un diagnostic sanitaire de l’ensemble du patrimoine arboré de la ville.

Sur la base d’un positionnement géographique et d’un relevé sanitaire rigoureux de chaque spécimen, l’étude a recensé 1 025 arbres de 115 espèces et variétés différentes. Avec 113 sujets, le platane commun est l’espèce la plus représentée dans nos plantations ; il s’agit d’une espèce hybride de la famille des Platanaceae.

Une diversité d’espèces bénéfique

Ce platane ne représente toutefois que 11% de nos plantations, mettant ainsi en perspective une diversité d’espèces appréciée comme un point très positif. Elle garantit, outre la préservation de la biodiversité, une bonne hétérogénéité floristique dont la résilience lors d’attaques de ravageurs ou de maladies infectieuses est bien meilleure que celle des mono-plantations.

Sur le plan sanitaire, l’analyse pointe le bon état général de notre patrimoine, seuls 21 arbres jugés dangereux étant à couper sans attendre. Il est à noter qu’un certain nombre d’arbres déjà en fin de vie, ou qu’il est prévu de couper lors d’opérations à venir, ne figurent pas dans l’étude.

Plusieurs problèmes relatifs à la préservation de nos arbres ont néanmoins été relevés. Le plus important est celui des blessures de tonte de pelouses. Beaucoup d’arbres en présentent les stigmates en pied de tronc, avec un risque fort de pénétration des maladies et de détérioration sanitaire. Les agents municipaux et les entreprises partie prenante seront sensibilisés à ce premier point. Un phénomène de piétinement des espaces publics, qui durcit le terrain et le rend plus imperméable, a par endroit aussi été constaté. Certains arbres souffrent enfin de blessures ou de sectionnements des racines causés par des travaux de terrassement.

Garantir une biodiversité durable

L’état général de notre patrimoine arboré est malgré tout globalement satisfaisant et n’appelle un nouveau diagnostic qu’à l’horizon de 5 ans.

Les arbres sont vivants mais nous devons en assurer la gestion afin de réduire les risques de chute et d’accident.  En ville, la coupe de sujets en fin de vie ou malades se fait de la sorte régulièrement. Mais pour chaque arbre coupé, un nouvel arbre au moins est – et continuera d’être – planté. C’est à ce prix que nous nous assurons d’une biodiversité durable dans notre environnement urbain.

Plantation d'un verger hautes tiges par les jeunes conseillers

Plantation par le Conseil municipal des jeunes d'un verger de hautes tiges près des courts de tennis couverts

 

 

Retour à la liste des actualités

J'accepte explicitement l'utilisation de mes coordonnées pour me recontacter à propos de ma demande exprimée à travers ce formulaire. Les données seront stockées le temps de leur traitement.
Code de sécurité*
Recopiez le code de sécurité

(*) Champs obligatoires

J'accepte explicitement l'utilisation de mes coordonnées pour me recontacter à propos de ma demande exprimée à travers ce formulaire. Les données seront stockées le temps de leur traitement.
Code de sécurité*
Recopiez le code de sécurité

(*) Champs obligatoires