Et si Vauban avait été jardinier ?


Deutsch English

Clou de jalonnement circuit Vauban

 


De jardin en jardin, les clous nous indiquent l’itinéraire à suivre, avec la place Abbatucci pour point de départ et d’arrivée.



Jardin Mellifère

Vive la reine !

Infatigable voyageur, je connais les chemins cahoteux et les belles provinces du royaume jusqu’au moindre hameau. J’y ai hélas vu la misère, et parfois même la famine, en raison de récoltes épuisées, sinon par les aléas naturels, de toute façon par la ponction des seigneurs et du clergé, ou encore par les pillages en temps de guerre.

L’agriculture connaît de nos jours d’autres rendements et nourrit chez nous tout un chacun. On me dit visionnaire… Je n’ai pourtant jamais imaginé les abeilles, qui hier vibrionnaient dans nos campagnes, aujourd’hui s’y intoxiquer et prendre les villes pour refuge ! Car notre modèle de productivité connaît des revers, entre autres celui d’abuser des pesticides.

Porte-drapeau du petit peuple des insectes pollinisateurs, les abeilles excellent pour égrainer le pollen de fleur en fleur et garantir de la sorte nos ressources alimentaires. Les protéger du poison et sauvegarder leur environnement, voici une bataille d’intérêt général à ma mesure : le roi est mort, vive la reine !

Vauban jardinier : illustration Jardin Mellifère

Histoire

Vestige d'un bastion et de son cavalier, mirador de la forteresse

Élément essentiel des fortifications, le cavalier en renforce chaque bastion et permet de positionner l’artillerie en surplomb des murailles pour mieux contrebattre celle des assiégeants, sinon contrer leurs travaux d’approche.

Huningue compte un cavalier parmi les rares vestiges de sa place forte, celui qui dominait le bastion sud, avec le plateau de Saint-Louis, Bâle et les premiers contreforts jurassiens pour horizon ; et avec un verger ainsi qu’un rucher aujourd’hui en guise d’artillerie !

Localisation du cavalier de l'ancienne forteresse de Huningue

Botanique

Les vertus du verger

Ruches du rucher école de Huningue

Emblématique des actions locales en faveur de la biodiversité, le verger de la butte Felder – dénomination usuelle de l’ancien cavalier de la forteresse qui domine le Parc des eaux vives – compte une vingtaine de poiriers, pommiers et autres arbres à fleurs.Ces variétés anciennes ou indigènes ont été sélectionnées pour leur résistance et leur adaptation à la région afin de ne pas avoir à recourir à des traitements chimiques.

Avec la prairie fleurie et les ruches qui l’entourent, ce site école est un support pédagogique idéal pour s’exercer aux techniques d’arboriculture et d’apiculture.

 

 

Galerie photos

J'accepte explicitement l'utilisation de mes coordonnées pour si nécessaire me recontacter à propos de ma demande exprimée à travers ce formulaire. Les données seront stockées le temps de leur traitement.
Code de sécurité*
Recopiez le code de sécurité

(*) Champs obligatoires

J'accepte explicitement l'utilisation de mes coordonnées pour si nécessaire me recontacter à propos de ma demande exprimée à travers ce formulaire. Les données seront stockées le temps de leur traitement.
Code de sécurité*
Recopiez le code de sécurité

(*) Champs obligatoires