Actualités ...

Liam JÉGOU, objectif Tokyo

Liam JÉGOU

Ni l’épreuve du confinement, ni la décision des instances olympiques de reporter les Jeux de Tokyo n’altèrent le moral de Liam, l’enfant du CADPA Huningue sélectionné pour les épreuves de canoë slalom. 

La passion de Liam JÉGOU pour le canoë a pour berceau Ballyvaughan, un petit village de pêcheurs d’Irlande du Sud, en baie de Galway. « Je pagayais sans doute avant de marcher. Mon père tenait là-bas un magasin de canoë-kayak et j’avais vraiment le sentiment d’être un privilégié quand j’embarquais avec lui dans ses bateaux, qui attiraient tous les regards sur la plage ».

Irlandais par sa maman, Liam est né breton comme son papa, donc aussi Français. Il bénéficie de la sorte d’une double nationalité, mais sans prédilection pour l’une ou l’autre de ces nations… Car c’est de l’Union européenne qu’il se sent avant tout citoyen, celle qu’il arpente depuis tout jeune avec son père. « l’Europe que je connais est sans frontières, et je ne la conçois pas autrement ! On prenait la voiture et les affaires de camping à la moindre occasion pour aller naviguer en République tchèque, en Bosnie, en Slovénie... Et puis j’ai intégré le circuit européen, avec des compétitions dans tous les pays ». Sur la route…

L’Europe sans frontières

L’esprit baroudeur de Liam – héritage d’ancêtres irlandais ? – chiffonne certes sa mère qui le verrait davantage studieux. La famille a quitté Ballyvaughan en 2003 pour Huningue. Il n’a pas encore huit ans et ne parle pas un traître mot de français. Il se souvient pourtant d’une intégration sans problème. Pas que l’école le transcende, y traçant un sillage sans vague ni frisson. Si Liam s’adapte vite à sa nouvelle vie alsacienne, c’est surtout grâce à ses potes du CADPA – le Centre d’Activités de Plein Air – où son père est moniteur : « avec eux, entre autres Alex, Laurent, Julien et Azénor, j’ai appris le français en une année à peine ! »

Nul doute que les fréquents rendez-vous sur le Parc des eaux vives facilitent les choses, avec déjà une belle capacité d’expression pagaie en main ! Cadet très prometteur, Liam confirme son potentiel en juniors, devenant vice-champion du monde U18 en 2014 à Sydney. Il garde de ces années d’apprentissage vers le haut niveau un attachement viscéral à son club huninguois, et toujours autant d’intérêt pour « l’agglomération trinationale où l’Europe se vit au quotidien ». Seul le lycée, si peu arrangeant pour faciliter son projet sportif, lui laisse un peu d’amertume... Sa carrière internationale, en équipe d’Irlande, et le choix de s’entraîner et de poursuivre ses études en langues étrangères appliquées à Pau – dans la ville de Tony ESTANGUET, triple champion olympique – l’éloignent maintenant de Huningue, de sa famille et de ses amis. Les contacts sont néanmoins réguliers, et même quotidiens en ces temps de confinement !

Claquemuré à Pau

Claquemurer un athlète en pleine préparation dans un appartement pendant des semaines en ébranlerait d’ailleurs plus d’un. Liam, lui, garde son flegme. Sa sélection, acquise de haute lutte en octobre dernier à Londres, marque pourtant un sacré tournant dans sa carrière, avec une nouvelle pression sur les épaules. « L’Irlande me donne aujourd’hui les moyens de mes ambitions, me permettant notamment d’avoir avec Nico PESCHIER un coach attitré. Des partenaires financiers aussi me soutiennent, en Irlande et dans le coin frontalier ». L’annulation ce printemps de stages en Thaïlande et au Japon, sur la bassin olympique de Kasaï – « une rivière artificielle comparable à celles de Rio et de Londres, qui me convient bien car assez technique » –, puis celle des championnats d’Europe et de manches de la coupe du Monde contrarient toutefois son plan d’entraînement…

« Le problème n’est pas d’être confiné, c’est une priorité absolue pour combattre la pandémie. Mais c'était compliqué tant qu’on était dans le flou. Un athlète allait perdre près de deux mois d'entraînement en France tandis qu’un autre, dans un pays moins touché, ou qui l’autorise à déroger au confinement, pouvait s'entraîner normalement. La différence est énorme ! Le principe d’équité ainsi rompu était un sujet sensible. Quoi qu’il en soit, je fais en sorte de continuer à m'entraîner chez moi du mieux possible ». Décidé après une valse-hésitation dont les ressorts dépassent le sport, le report des Jeux par le Comité International Olympique interroge sur ses conséquences. Le septuple champion d’Irlande sait déjà qu’il n’aura pas remettre sa sélection en jeu. Pour le reste, pragmatique, il sait que « dans tous les cas, il va falloir s'adapter » !

« Il va falloir s'adapter »

C’est justement l’une des forces de ce fin slalomeur en eau vive, capable d’ajuster sa trajectoire au cordeau à chaque aléa. Surfant sur des conditions très favorables depuis sa médaille de bronze aux championnats du monde de Cracovie l’an passé, Liam s’est en plus forgé un mental de vainqueur : « je sais avec ce podium mondial qu’une fois qualifié en finale, tout est possible ; alors aux JO, je pagaierai pour y parvenir ».

Alors – cock-a-doodle-doo ! – soutenez Liam JÉGOU, déjà jusqu’à l’été 2021… Et là, faites vos Jeux !

+ https://www.facebook.com/liamjegouathlete/



J'accepte explicitement l'utilisation de mes coordonnées pour si nécessaire me recontacter à propos de ma demande exprimée à travers ce formulaire. Les données seront stockées le temps de leur traitement.
Code de sécurité*
Recopiez le code de sécurité

(*) Champs obligatoires

J'accepte explicitement l'utilisation de mes coordonnées pour si nécessaire me recontacter à propos de ma demande exprimée à travers ce formulaire. Les données seront stockées le temps de leur traitement.
Code de sécurité*
Recopiez le code de sécurité

(*) Champs obligatoires